recherche
Editions Vie Chrétienne
Ensemble, chercheurs de Dieu,
présents au monde
Impression Envoyer à un ami
Dominique SALIN

Les motions et leur discernement chez Ignace de Loyola

Si Ignace de Loyola n’a pas inventé les notions de motions et de discernement, il s’est appuyé sur son expérience personnelle fondatrice pour décrire le langage de Dieu et rédiger les Exercices. Une boussole dans la prise de décision.


On me demande souvent : « En quoi la spiritualité de saint Ignace est-elle originale ? »

Ignace n’a pas inventé ce qui est la base de la vie spirituelle : l ’attention aux « motions spirituelles », ces états ou ces moments de « consolation » et de « désolation » qui semblent venir d’ailleurs et qui inspirent, de manière plus ou moins compulsive, nos comportements et nos choix. Ignace n’a pas inventé non plus leur discernement : ces motions viennent-elles de Dieu ou de « l’ennemi de la nature humaine » ? Plus précisément, dans le langage de son temps, d’un bon ou d’un mauvais « esprit » ?

Depuis l’Antiquité païenne, en effet, jusqu’à l’époque d’Ignace et au-delà, on considérait que les hommes étaient en permanence environnés « d’esprits », « anges », ou « démons », secourables ou malfaisants. Invisibles, ils voltigent en permanence autour de nous. Tels les microbes et les virus, ils ont le pouvoir de s’introduire dans notre cœur (ou notre thymos) pour y exciter les « passions », saines ou malsaines, qui animent notre vie psychique. Ils sont responsables des manifestations de ce que nous appelons l’involontaire en nous, les « motions intérieures » notamment. La lecture du Mémorial (journal spirituel) de saint Pierre Favre, alter ego de saint Ignace, éclaire parfaitement cette représentation de la vie spirituelle (1).

Ignace n’a donc pas inventé le discernement des motions (plus profondes et plus durables que les émotions) et des esprits qui les provoquent. Au IVe siècle, les Pères du désert (premiers moines, au Proche-Orient) excellaient dans cet art (2). Ce qui est original, dans l’expérience d’Ignace comme dans sa doctrine, c’est d’avoir couplé le discernement des motions avec la prise de décision. Autrement dit, lorsqu’on a un choix à faire (entre deux partis moralement bons l’un et l’autre, évidemment), prendre sa décision, non en fonction de facteurs purement rationnels, mais en fonction de ce que suggèrent les motions intérieures, « l’affectivité profonde ». De quel côté m’incline l’Esprit de Dieu, qui me parle dans le jeu des esprits et de leurs motions en moi ?


L’expérience d’Ignace

 
Telle fut d’abord l’expérience du chevalier Inigo de Loyola, lorsqu’à l’âge de trente ans, il décida de renoncer à sa carrière de gentilhomme, haut fonctionnaire du vice-roi de Navarre, pour mener une vie de mendicité et de pénitence, à l’image de saint François.

Ce qui est remarquable dans le cas d’Ignace, c’est que cette conversion ne fut pas le fruit d’un coup de foudre mystique, ni d’une rencontre décisive ni de prédications incendiaires. Elle mûrit, dans la quasi-solitude du manoir familial, au cours des neuf mois de convalescence que lui avait imposés une blessure de guerre. Tout commença par l’ennui. Ce chrétien « à gros grain », playboy normalement inculte pour sa caste, n’avait sous la main aucun de ces romans de chevalerie dont il meublait ordinairement son esprit. Seulement deux best-sellers pieux : une Vie du Christ accompagnée de méditations contemplatives et un volume présentant brièvement la vie des grands saints. Guère affriolant, donc ; mais, faute de mieux… Ce fut une découverte. Commencèrent à naître en lui des scénarios dans lesquels il se voyait en saint François ou en saint Dominique, galvanisant les masses et impressionnant le Bon Dieu par de sensationnels exploits pénitentiels. Ces scénarios alternaient avec d’autres, dont il était coutumier depuis longtemps, franchement donjuanesques. Ces rêveries pouvaient durer des heures, raconte-t-il dans le Récit livré à la fin de sa vie (les hommes de ce temps savaient s’occuper l’esprit sans portable ni écouteurs). Elles l’enchantaient.

La découverte décisive se produisit le jour où, déclare-t-il, « ses yeux s’ouvrirent ». Il réalisa que ces deux types de scénarios, les évangéliques et les donjuanesques,  lorsqu’ils s’éteignaient, le laissaient dans deux états d’âme fort contrastés. Les premiers le laissaient « content et allègre » ; les seconds, les « mondains », le laissaient « sec et mécontent ». Expérience, donc, de plaisir et de déplaisir. Plaisir durable et, finalement comblant, d’un côté. Plaisir éphémère et, finalement frustrant, de l’autre.

Différence capitale, pierre d’angle de la vie spirituelle d’Ignace. Comme il le fera remarquer plus tard, « Ce fut la première réflexion qu’il fit sur les choses de Dieu ; et ensuite, quand il fit les Exercices, c’est à partir de là qu’il commença à être éclairé sur ce qui concerne la diversité des esprits (3). »


Le langage de Dieu

L’expérience spirituelle fondatrice, chez Ignace, celle des « motions spirituelles », se dit en termes psychologiques de plaisir et de déplaisir : plaisir durable et plaisir éphémère ; plaisir superficiel et plaisir profond ; plaisir frustrant et plaisir comblant. La « consolation » et la « désolation », les interventions du bon et du mauvais esprits sont décrites en termes aisément accessibles à l’homme moderne. Ignace a vu dans leur alternance une forme de langage dont Dieu se sert pour faire connaître sa volonté.

Ignace tient désormais la boussole qui va lui permettre de décider de sa vie. Ses choix se feront, au jour le jour, à la lumière des consolations et des désolations que leur perspective suscite en lui. Il est dans la consolation lorsqu’il envisage de devenir pèlerin pénitent. Il se fera pèlerin pénitent. Mais il prendra auparavant une année de solitude, à Manresa, pour mieux comprendre le jeu des motions et les pièges qu’il recèle : la consolation peut être trompeuse, l’ange de ténèbres peut se déguiser en ange de lumière. Ignace en vint à rédiger une véritable grammaire des motions intérieures et de leur interprétation, sous le nom de Règles de discernement des esprits. Les Exercices spirituels sont conçus comme une chambre d’échos permettant de mieux laisser résonner les motions intérieures pour découvrir, ou confirmer, plus facilement l’orientation à donner à sa vie.


Dominique Salin s.j.
a été professeur de lettres,
rédacteur  en chef adjoint de la revue Études,
professeur de littérature spirituelle au Centre Sèvres,
et est en résidence à Montpellier
depuis 2017.
 


1. Pierre Favre, Mémorial, édité par Michel de Certeau, coll. Christus, Desclée de Brouwer, 1959, 460 p.
2. Vient de paraître, dans la collection « Prier 15 jours avec », Les Pères du désert, par Marie-Anne Vannier, Nouvelle Cité, 2020. Excellente initiation.
3. Récit, § 8.

Photos: Saint Ignace de Loyola, vitrail Église Saint-Honoré d’Eylau, Paris.
Crédit photo: Fred de Noyelle/ GODONG



 

 

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier