Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org
Saint Hugues
www.sainthugues.fr

Ah ma voisine comme elle est forte

Impression Envoyer à un ami


Ah ma voisine comme elle est forte ! Engagée sur la paroisse, dans l’école de ces quatre enfants, auprès d’une association de soutien scolaire pour jeunes en échec, trésorière d’association… Non seulement elle est partout, mais elle est très efficace et pertinente. Et moi qui suis fatiguée après ma petite journée, je n’ai pas le courage de ressortir pour assister à une réunion de l’équipe liturgique. Des problèmes de santé font que je me fatigue assez vite. Mais comment faire pour m’arrêter avant l’épuisement afin d’être ouverte et attentionnée avec ma famille une fois que tout est achevé, tout en ne me préservant pas trop, en m’arrêtant bien en deçà de mes forces, en en faisant bien peu de peur de m’écrouler ? Cette recherche d’équilibre me travaille.
Ah ma voisine comme elle est efficace ! Non seulement elle est rapide dans son travail, mais elle arrive en plus à donner des coups de mains aux autres.
Et puis un jour, j’ai croisé un peu plus longuement ma voisine. Nous avons parlé. J’ai compris peu à peu qu’il lui est impossible de se poser. Ne pas être dans l’action est signe de mort pour elle, une expérience difficile étant enfant l’a conduit à accumuler les taches, à vouloir tout vivre, vite, peut-être de peur de rater quelque chose d’important. Finalement, elle comme moi sommes fragiles. Des blessures nous imposent un rythme de vie différent et nous cherchons comment vivre au mieux avec.
Un peu plus tard, cette découverte trouve un écho dans la prière d’un psaume « Apprends-nous la vraie mesure de nos jours : que nos cœurs pénètrent la sagesse » (Ps 89). Quelque chose fait soudain sens pour moi. Qui peut me dire la véritable mesure, le vrai poids de mes journées ? Je n’ai sans doute pas été très efficace aujourd’hui, mais j’ai souri à la personne qui fait traverser les enfants devant l’école, j’ai envoyé un message à une amie qui n’allait pas très bien. Mes coups de mains aux autres ne sont pas du même ordre que ceux de ma voisine. Comme je ne connais pas ce qui donne du poids à mes journées aux yeux de Dieu, de même, je ne sais pas ce qui compte pour Lui dans ce que fait ma super-voisine. Nous sommes devenues amies, nous nous parlons de nos difficultés avec nos enfants. Nous sommes si différentes et si semblables.
Sylvie