Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org
Saint Hugues
www.sainthugues.fr
Témoignages - Revue N°58 - Mars 2019

Obéir et servir





Confrontée à une décision de son évêque qui l’a profondément blessée, Marie-Claude a vécu un long chemin personnel et communautaire pour l'accepter tout en restant fidèle à la mission à laquelle elle se sentait appelée.


Depuis plus de vingt ans, notre équipe assurait les célébrations catholiques au Centre funéraire intercommunal(1), jusqu’à ce que notre évêque décide qu’il n’y en aurait plus dans ce lieu, mais uniquement dans les églises. A l’annonce officielle, nous, qui assurions chaque année mille célébrations dans le Centre, nous étions effondrés. Cette terre de mission et d’évangélisation allait être abandonnée par l’Église catholique
qui serait la seule religion à ne plus y être présente ! Une concertation avec les prêtres avait eu lieu, mais à nous, laïcs, on demandait seulement que tout se passe bien ; nous étions blessés.

Nous avons alors vécu une période très difficile. Accepter la décision sans être dans la contestation
ni le ressentiment, ne pas juger, continuer à porter un regard bienveillant et aimer notre Église. Temps de désolation. Mais la solidarité s’est renforcée au sein de l’équipe. Et l’écoute et le soutien des compagnons de ma communauté locale m’ont été précieux ainsi que la prière.

Pensant qu’il était possible de rejoindre ces familles qui ne veulent ou ne peuvent aller dans une église, tout en restant fidèle à la décision prise, chacun a cheminé. Pour moi, un grand pas a été fait à l’occasion d’une retraite : ma mission de baptisée était d’accueillir ces familles et les aider
à vivre ce passage en disant une parole d’espérance.

Un projet a mûri… Quelques-uns d’entre nous se sont mis en route. Ce projet a pris corps : accueillir les familles qui n’iront pas dans une église, les écouter, leur proposer, non plus une célébration, mais un temps de prière autour du défunt au cimetière, au crématorium ou dans un salon du
Centre funéraire.

Après un premier accueil favorable par les responsables diocésains, et alors qu’un dialogue dans l’écoute, le respect, la vérité nous ouvrait des perspectives pour que ce projet voie le jour dans une collaboration étroite avec les instances diocésaines, notre évêque vient de décider qu’il était trop tôt pour le mettre en oeuvre. Une grande déception pour nous qui espérions pouvoir rejoindre les familles qui sont actuellement délaissées.

Pourtant aujourd’hui une grande paix m’habite ; nous avons donné tout ce que nous pouvions en restant en communion avec notre Église diocésaine.

Quels nouveaux chemins ouvrir pour obéir tout en continuant à servir et à témoigner de l’amour de Dieu à tous ?

Marie-Claude


1. Au centre funéraire intercommunal sont déposés les corps et des célébrations organisées à la demande des familles selon leurs religions peuvent avoir lieu dans une salle de cérémonie.
Impression Envoyer à un ami